Rejet de la demande de suspension des travaux

Par sa décision du 1 mars 2019, le juge des référés du Tribunal Administratif de Grenoble vient de rejeter la demande de suspension des travaux d’élargissement de l’A480.

Nous regrettons que le juge n’ait pas entendu nos arguments et notamment :

  • un défaut de concertation puisque la concertation a été réalisée en 2011 sur un projet bien différent de celui d’aujourd’hui
  • l’absence d’étude sérieuse de scénario alternatif moins impactant pour l’environnement comme l’a souligné l’Autorité environnementale

Cette décision est évidemment une déception pour nous tous. Nous avons constaté les dégâts causés par les travaux, qui n’avaient pas attendu ce jugement pour déboiser le parc Vallier Catane et les Berges du Drac.

Mais cette décision ne remet pas en cause notre détermination. Nous attendons désormais le jugement sur le fond et continuons de défendre nos alternatives qui permettent de mieux concilier mobilité, environnement et respect du cadre de vie des riverains

  • extension du 70km/h à l’ensemble de l’A480 et de la rocade sud
  • mise en place de murs anti-bruit devant tous les quartiers traversés
  • mise en place de voies réservées bus / covoiturage sur l’ensemble des axes autoroutiers pénétrants dans l’Agglomération (A48, A480, A41, A51)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *